Galsen7

Trafic de drogue: les trois femmes dealers, les deux GP et le colis piégé

 

L’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) a frappé au cœur de la filière marocaine du trafic de haschich. Des éléments de cette unité de la police ont arrêté, début avril, à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diass, trois femmes qui seraient au cœur d’un réseau qui approvisionne une clientèle VIP établie à Dakar.

D'après L’Observateur, les mises en cause ont toutes des surnoms : Réga pour Ben Kh. F. M, Rianne pour M. A. Lamotte et Fafa pour F. Ndoye. Téléconseillère de la société Comdata, la première est présentée comme le cerveau de la bande. Native de Dakar, la jeune femme (31 ans) est aux affaires depuis 2020. Elle travaille en duo avec El H. A. D. Lam dit Momo.

Pour les besoins de l’opération qui leur sera fatale, Réga avait engagé les deux autres dames. Rianne, copine de Momo, est une infirmière domiciliée à Bambilor. Fafa, elle, est une coiffeuse établie à la Zone de Captage. 

Elle les fait venir au Maroc et leur fait part de son projet d’envoyer à Dakar 24 plaquettes de haschich. Il s’agissait d’une commande d’usagers dakarois fortunés. La drogue acquise au Maroc est dissimulée dans des pots de cacao et de lait. Une bonne partie du produit sera confiée à deux GP : S. Mb, qui a été contactée par Rianne, et S. Nd, câblée par Fafa. 

En faisant l’inventaire de leurs bagages avant le départ pour la capitale sénégalaise, les deux GP remarquent que les colis remis par Rianne et Fafa sont anormalement lourds. Elles déballent les paquets. S. Mb découvre 14 plaquettes de haschich bien emballées. S. Nd, à son tour, se rend compte qu’elle était sur le point de convoyer de la drogue. 

Les deux GP alertent le consulat du Sénégal au Maroc. Lequel informe l’OCRTIS qui, de concert avec le Renseignement marocain, met en place un plan : la décision est prise de laisser les mules ainsi que les trois femmes dealers embarquer à bord de leur vol vers Dakar. Tout le monde est dans le même avion. 

Les trafiquantes s’installent en faisant mine de ne pas se connaître. Elles ne savaient pas que les GP les avaient dénoncées et qu’elles étaient désormais dans le viseur des policiers sénégalais. Dès leur arrivée à l’AIBD, elles sont arrêtées par des agents de l’OCRTIS au moment où elles s’apprêtaient à récupérer leurs bagages. 

Les enquêteurs découvrent dans la valise de Rianne un coffret à bijoux contenant quatre plaquettes de haschich. Elle affirme que le coffret est la propriété de son ex-époux M. G, un dealer de haschich recherché par la police. Rianne, Réga et Fafa reconnaîtront avoir remis les 22 plaquettes de haschich aux deux GP. Mais elles désigneront Momo comme le destinataire du colis. 

Les enquêteurs se déploient à Ngor et se terrent aux abords de l’appartement qu’occupe ce dernier avec Rianne, sa copine. Il sera interpellé dès son apparition. L’Observateur renseigne que la perquisition de son appartement a permis à l’OCRTIS de mettre la main sur des plaquettes et des képas de haschich. Face aux enquêteurs, Momo déclare agir en complicité avec d’autres personnes établies à Dakar.

Le journal révèle que l’exploitation des téléphones des mis en cause trahit un réseau de trafic de drogue qui blanchit ses revenus illicites dans du commerce d’articles divers importés du Maroc.

La même source indique que d’importantes sommes d’argent ont été découvertes dans les comptes Wave de Réga et Momo. 

Réga, Rianne, Fafa et Momo ont été placés en garde à vue.

Enregistrer un commentaire

Plus récente Plus ancienne